Réflexions et infos navales, littorales et portuaires

Patin catalan, un bateau sans safran

Patin catalan

Patin catalan

Aperçu sur la plage de Barcelone, ce catamaran de plage m’a intrigué d’emblée. Une seule voile, pas de safrans pour la direction, rapide sur l’eau… De quoi vouloir en savoir plus !

Naissance dans les années 1900

Les formes du patin catalan ne sont pas sans rappeler un bateau déjà vu dans ses colonnes : le pattino des sauveteurs en mer italien. Ce n’est pas un hasard. Il s’agit à l’origine de catamarans à rame apparus dans les années 1900 avec la mode des vacances en bord de mer. La saleté du littoral catalan incite les nageurs à se rendre plus au large sur ces embarcations constituées de deux coques aux formes rustiques. Ces patins, dotés initialement d’une longue rame dans l’axe sont ensuite munis d’une paire d’avirons. Les premières compétitions de patins à rame ont lieu dès les années 1870.

Patin à rames / Droits : ADIPAV

Patin à rames / Droits : ADIPAV

Afin de gagner le large plus rapidement, certains ajoutent une voile sur le catamaran. Le premier patin à voile est attribué à Rafael Escolà dans les années 1920.

Rien qui dépasse pour aller sur la plage

Né pour l’utilisation depuis la plage, le bateau doit rester simple. Rafael Escolà ajoute un mât et une seule voile à bordure libre. Pour faciliter la mise à l’eau et la remontée sur la grève, le catamaran est dépourvu de safran ou de dérive. Dès lors, seuls le réglage de la voile et le positionnement du marin permettent de maintenir le cap. L’absence de barre est LA spécificité principale du patin catalan.

Pour expliquer le plus simplement possible, on peut dire qu’en reculant le poids de l’équipier, le centre de la surface de coque dans l’eau recule également et la résistance qu’elle offre à l’eau aussi. Le bras de levier de cette force fait alors tourner le bateau qui abat (son axe s’éloigne de la direction du vent). Inversement, en s’avançant, le bateau lofe (il s’approche du lit du vent).

Patins en train de virer / Droit Patin.be

Patins en train de virer / Droit Patin.be

L’extrême simplicité de la manœuvre la rend d’autant plus délicate. Quelques images ci-dessous pour mieux comprendre, (désolé, c’est en catalan…).

Standardisation dans les années 1940

La réussite de l’expérience entraîne le développement de la flotte et de premières régates. La première d’importance est attestée en 1932 à Barcelone. La guerre civile stoppe l’évolution en 1936.

Au sortir de la guerre, dès 1940 en Espagne, l’histoire du patin à voile peut reprendre. De nombreux modèles différents concourent dans des classes de dimensions variées. Afin de pouvoir comparer les performances, l’ensemble des clubs de patins à voile décide d’organiser une régate en 1942 ouverte à tous les bateaux existants, avec pour but de décider d’un monotype. Le patin dessiné par les frères Luis et Emilio Mongé est choisi pour devenir le dessin officiel de référence de la classe.

De simples évolutions au cours du XXè siècle

Depuis, la conception et la construction du patin catalan ont peu évolué.

Le mât en aluminium a fait son apparition dans les années soixante-dix. Des réglages de la quête ont été introduits.

Des tentatives malheureuses de construction en fibres de verre, émaillées d’entrées d’eaux régulières dans les flotteurs, ont condamné l’utilisation du matériau. Le bois est donc resté le matériau de base du patin.

La forme de voile a légèrement évolué au cours des années pour gagner en puissance et en capacité de réglage.

Patin à pleine vitesse / Droit Patin.be

Patin à pleine vitesse / Droit Patin.be

Le monotype a aujourd’hui les caractéristiques suivantes :

  • Longueur 5,60 m
  • Maître-bau 1,60 m
  • Déplacement 98 kg
  • Voilure 12,60 m2

Malheureusement très hispanique

Si la simplicité du patin catalan pourrait séduire au-delà des frontières espagnoles, sa pratique reste principalement hispanique. Il a séduit quelques belges, dont les plages sont propices à de tels bateaux. Face aux catamarans de sport de série, son image technique refroidit les utilisateurs.

Basé sur les principes de base de la navigation à la voile, le patin serait un support idéal d’apprentissage. Je suis d’ailleurs ouvert à un essai si jamais un lecteur pouvait m’en offrir la possibilité !

Pour en savoir plus :

Tout sur le patin, en espagnol…

2 réponses à Patin catalan, un bateau sans safran

  • Merci de votre intérêt.

  • Merci pour cet article en forme de rappel aussi.
    Vu la simplicité et le caractère hautement pédagogique du « patin », son absence en France dans les écoles de voile ou sur les plages est assez inexplicable. Un problème culturel? Le multicoque finalement très peu connu et pratiqué en France?
    Je suis moi aussi impatient d’essayer.

Laisser un commentaire